Le pôle accueil

Le Pôle accueil a deux objectifs :

  • Accueillir les étudiants ultramarins.
  • Préparer les lycéens aux différents concours d’entrée à Sciences Po Paris.

Si vous êtes lycéens et que vous souhaitez avoir plus d’informations, n’hésitez pas à nous écrire via la rubrique : nous-contacter.

Au cours de ces dernières années, le pôle accueil a pris une ampleur considérable.

  1. Rôle des responsables administratifs :

Recenser les candidats

Les responsables administratifs ont contacté les lycées des régions dont ils  étaient responsable. L’objectif était d’avoir la liste des étudiants souhaitant passer le concours général et celui de la CEP pour mettre les lycéens en relation avec leurs parrains et les aider à préparer leur dossier le cas échéant.

Organiser les oraux blancs.

Chaque années nous organisons 3 sessions d’oraux blancs. La première en décembre avec les étudiant Néo-calédoniens. Les deux autres aux mois d’avril et mai où les élèves des autres régions sontinterrogés.

12341040_1732737350291083_3409584529594841207_n
Oraux blancs du 12 décembre avec quelques 14 admissibles de Nouvelle-Calédonie

II – Rôle des référents :

Organiser la répartition parrain filleul

Une fois que les listes d’élèves ont été transférées aux référents c’est là qu’ils entrent en jeu.  Ils informent  les lycéens de ce à quoi ils s’engagent. C’est alors qu’ils organisent la répartition entre les parrains et les filleuls.

Préparer les fiches d’actualité :

      Un des objectifs de cette année était de réaliser des fiches d’actualité hebdomadaires. Un sujet devait être proposé chaque semaine. Une synthèse pourrait alors leur être envoyée à la fin de chaque semaine. L’objectif étant de parer aux faiblesses des lycéens. En effet, suite à un entretien avec Mr Hakim Hallouch, directeur du pôle égalité des chances, nous avons réalisé que ce qu’il manque aux lycéens c’est la maîtrise de l’argumentation. Ainsi, au travers des plans détaillés, ils pouvaient s’essayer à cet art de façon problématisée.

http://www.ina.fr/video/2683911001028 (Hakim Hallouch lors d’un débat sur la discrimination positive alors qu’il était encore étudiant à Sciences-Po)

De nombreux projets

De nombreux projets ont été pensés cette année pour développer de façon considérable le pôle accueil qui semble être le pôle le plus important et qui nous permet de recruter nos futurs Sciences-Ô-istes. Nous avons pu voir l’ébauche de certains projets, d’autres ne sont restés qu’à l’étape de la conception :

  • Créer un groupe Facebook regroupant l’ensemble des lycéens ultramarins et les ultra-parrains

L’un des projets de cette année était de créer un groupe facebook regroupant l’ensemble des lycéens ultra-marins que nous aurions recensés,ainsi que leur parrains. Cela aurait permis alors à ces derniers de partager leurs interrogations et les différents point de vues des parrains voire leur expérience. Ce type de groupe existant déja il nous fallait trouver une idée supplémentaire nous permettant d’apporter de la valeur ajoutée à notre groupe. Ce dernier n’a cependant pas été crée.

Suite à une rencontre autour d’un déjeuner, Jérôme CATHERINE a tenté d’évoquer l’idée d’un partenariat entre Ambition Campus et Sciences Ô afin que nos deux associations puissent partager leur expérience et leur savoir faire. Finalement, cela s’est révélé infructueux.

téléchargement

  • Inclure des professionnels aux oraux blancs.

En outre, nous souhaitions améliorer d’avantage la qualité de nos oraux blancs en les rapprochant au maximum les conditions de passage de celle de l’examen. Après une tentative d’invitation de professionnels rencontrés au cours de divers événements relatifs à la préparation des concours. Après avoir essuyé des refus de professionnels lors de l’organisation des premiers oraux blancs l’expérience n’a pas été renouvelée.

  • Permettre la mise en place d’un concours de type CEP à Saint Pierre et Miquelon

Cette année nous avons été sollicités par une élève de Saint Pierre et Miquelon qui souhaitait savoir S’il était possible qu’elle passe le concours de Science Po Paris à partir de son lycée. Suite à une réponse  négative de la part de l’ administration de Sciences Po, nous avons alors décidé de nous mobiliser pour que les Miquelonais ne soient pas défavorisés par leur localisation. C’est pour cela que nous avons décidé d’écrire une lettre à Madame Elizéon, déléguée interministérielle à l’égalité des chances des français d’Outre-Mer afin que Sciences po mette en place un concours de type CEP. En effet pour les lycéens des  territoires d’Outre-Mer le voyage, les déplacements et l’hébergement sont pris en charge par les collectivités. L’aspect financier et l’éloignement géographique ne représente alors plus des contraintes.

Madame ELIZEON a par la suite reçu un accusé de réception de notre demande quI s’avère être en cours de traitement. Affaire à suivre !

Madame Elizéon lors du cocktail de la Semaine des Outre-Mer 2015. A sa droite Mélinda Jerco, président de Sciences Ô (2014-2015). A sa gauche Julie Vainqueur , Vice-présidente de Sciences Ô (2014-2016)
Madame Elizéon lors du cocktail de la Semaine des Outre-Mer 2015. A sa droite Mélinda Jerco, président de Sciences Ô (2014-2015). A sa gauche Julie Vainqueur , Vice-présidente de Sciences Ô (2014-2016)
  • La mise en place d’une semaine d’immersion au sein de Sciences Po

En 2014, aucun élève de Martinique ayant passé le concours de la CEP n’a été reçu. Fort de ce constat, Leslie JOSEPHINE-T, présidente de Martinique Ambition Jeune (MAJ) et Jérôme CATHERINE, secrétaire général de Sciences Ô et responsable du Pôle accueil ont réfléchi de concert à un moyen d’améliorer les conditions de préparation au concours de Sciences Po. C’est pourquoi, nous avons pensé qu’une semaine d’immersion en début de terminale ou en classe de première à Sciences Po pourrait être fortement bénéfique. En effet, cela permettrait d’une part de motiver les élèves dans la préparation de leur concours, d’autre part, ceux-ci pourraient constater d’eux-mêmes ce qu’est véritablement Sciences Po. Cela ne pourrait être que bénéfique dans l’élaboration de leur projet professionnel, qui, semble indispensable à la réussite d’un bon oral.

En outre, ce concept pourrait s’appliquer à tous les territoires ultramarins. Dans cette perspective, afin de financer un tel projet, l’une des idées retenues était de solliciter des subventions des collectivités territoriales.

009-704x318